banner
Belgique - Bassin Namurois

Charbon Pyrite  Grès

Arsimont Auvelais
Floriffoux
Le Château


La Société Charbonnière d'Auvelais St Roch



Les premières mentions d'une exploitation sur le territoire d'Auvelais datent de 1512 mais c'est principalement au 18ème siècle que l'extraction du charbon dans la région prit de l'ampleur. Gérées à l'époque par l'abbaye de Floreffe, les terres de la région ont déjà été largement prospectées et ont dénombres plusieurs veines de moyennes importances, toutes situées à proximité de la surface :

- la veine Platteuse au Bois de Seury,
- la veine de la Radache,
- la veine Avaleresse.

Exploitées en échange d'une redevance payées au chapitre de Fosses, de petites mines fleurissent dans toute la région et c'est en 1772 que Jean Carlier introduisit la première demande de concession auprès du vicaire d'Auvelais. Malgré de nombreuses tentatives, l'exploitation à grande échelle de la zone reste cependant infructueuse et ce n'est qu'à la veille de l'indépendance, le 21 novembre 1829, que fut créée sur une zone encore inexploitée la concession St Roch. Située dans un méandre de la Sambre, celle-ci fut à ses débuts exploitée par le puits du Vieux Grogneau mais, suite à une venue d'eau, deux nouveaux puits furent foncés à proximité de la chapelle St Roch. Ces derniers entreront en production dès 1836 et c'est le 22 janvier 1838, que fut établie la Société Anonyme du Charbonnage de Saint Roch.
Malgré une production encourageante, la société fut revendue, en 1859, à un consortium qui fusionna celle-ci avec la concession d'Auvelais, datant quant à elle de 1826 et qui couvrait une zone allant de Arsimont à la partie méridionale d'Auvelais. Revendue à la famille Petit qui lui avait donné son nom, la concession avait été par la suite étendue sous Tamines et Fosses avant qu'un arrêté royal datant du 27 mai 1857 ne sépare la zone en deux concessions distinctes : Auvelais et Arsimont (cette dernière ayant entraîné par la suite la création de la Société Annonyme des Charbonnages d'Arsimont). La fusion des zones d'exploitation "Petit" et "St Roch" donna naissance, en 1860, à la Société Anonyme des Charbonnages d'Auvelais Saint-Roch. Le 10 juillet 1878, cette dernière  fut revendue pour 352.000 francs belges à la Société Anonyme des Charbonnages de la Réunion et de Serre et Magrawe, située à Gilly. Exploité à présent par la Société Anonyme des Charbonnages d'Auvelais et de Saint Roch, le siège Saint Roch occupe désormais 400 ouvriers pour une production moyenne de 200 tonnes par jour. En 1921, un nouveau puits fut foncé dans la localité mais la crise met à mal la société qui fut mise à l'arrêt dix ans plus tard. Son triage fut néanmoins utilisé jusqu'en 1961 avant d'être démantelé, ne laissant alors plus aucune trace de l'exploitation charbonnière à Auvelais.


   Reportage sur les vestiges de La Société Charbonnière d'Auvelais St Roch.
Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont