banner
Belgique - Bassin Ardennais

Ardoise

Martelange Recht


Les Ardoisières de Martelange S.A.



Le gisement ardoisier de Martelange est connu depuis depuis le 16ème siècle et fait partie des huit bassins ardennais belge.
D'abord exploitée en affleurement, des carrières à ciel ouvert virent rapidement le jour et en 1830, la ville comptait quatre exploitations. L'indépendance de la Belgique participe grandement à l'essor de Martelange qui voit sa population doubler entre 1831 et 1875.
La concurrence avec les ardoisières de Fumay est malheureusement très rude et les coûts de productions et de transports sont exorbitants. Les ardoisières n'ont d'autre choix que d'abaisser leur production, ce qui entraine des licenciements et l'exode de 20% de la population locale vers d'autres bassins.

En 1895, La société des ardoisières Donner est fondée par Lionel Donner-Charmet et devient vite la plus grosse société de Martelange.
L'exploitation à ciel ouvert devient souterraine en 1918 lorsque un puits de 40 mètres fut foncé.
Les chambres sont exploitées à l'aide d'explosif en rabattement mais seront par la suite exploitées au fil hélicoïdal. Dans un soucis de rentabilité, le puits fut approfondi jusqu'à 170mètres et l'exploitation se dota d'un puits d'aérage. Dans le même temps, la société reprend l'exploitation des ardoisières de Wissembach. La démocratisation des coûts de production au début du 20ème siècle provoqua le retour de la population qui doubla avant la première guerre mondiale. Le conflit  porta à l'industrie locale un coup très dur mais, dès 1919, la production reprend et est exportée massivement en Allemagne. En 1941, le record de production est atteint avec 13.5 millions d'ardoises produites. Cependant, le second conflit mondial fait baisser la production de moitié et le bassin de trouva jamais son second souffle. Entre 1929 et 1957, Donner fait l'acquisition des ardoisières d'Asselborn et de Nanquette, augmentant sa surface d'exploitation de dizaines d'hectares supplémentaires. Face à la concurrence toujours croissante des ardoisières étrangères, notamment espagnole,  les ardoisières de Martlange s'associent avec l'ardoisière de Warmifontaine et celle d'Herbeumont sous le nom d'INARBEL ( Industries Ardoisières de Belgique ). Cette institution sera finalement dissoute dix ans plus tard, en 1983 Chaque site retrouve alors son indépendance et il faudra attendre 1986 pour qu'une activité reprenne sur le site de l'ardoisière Donner. Une nouvelle société voit le jour sous le nom des Ardoisières de Martelange SA, A la réouverture, seuls dix ouvriers sont réembauchés mais l'installation de nouvelles machines permet à la société de se diversifier en axant sa production sur l'ardoiserie, c'est-à-dire la production de dalles et de plaques, plus que sur l'ardoise de couverture.
Cette même année, les Ardoisières de Martelange reprennent l'ardoisière Rombach, située au Luxembourg. Cette extension permettrait, d'après les prévisions, de doubler la production. Pour se faire, un tunnel de 200mètres et creusé pour relier les deux sièges.
Cependant, les coûts de cette expansion sont immenses et l'entreprise connait de graves difficultés. Elle est rachetée en 1990 par un entrepreneur luxembourgeois mais ne se releva plus jamais. Sa faillite fut annoncée en 1995, cent ans après sa création.

      Visite des derniers vestiges de l'ardoisière Lionel Donner à Martelange ainsi que des petits vestiges des ardoisières Nanquetes et Wissembach .........................

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont