banner
Belgique - Bassin Campinois

Mines et carrières

Charbon  Argile

Beringen Waterschei
Zolder - Houthalen
Eisden
Winterslag Zwartberg


La S.A. des Charbonnages de Beringen



Après la découverte du bassin houiller par André Dumont en 1901, des dizaines de sondages furent réalisés dans toute la Campine afin de délimiter les contours de la zone exploitable. Six de ces forages furent réalisés dans le triangle Beringen-Beverlo-Koersel et en 1902, les premières couches de charbon exploitables sont découvertes.
Une concession de 4950hectares nommée Beringen-Koersel fut accordée en novembre 1906 à trois sociétés :

- La Societé des Propriétaires de Coursel-Heusden,
- La Societé de Recherches Minières dans le Limbourg,
- La Societé Campinoise de Recherches.

Outre Beringen et Koersel, cette concession couvre également les anciennes communes d'Heusden, de Lummen, de Oostham, de Paal, de Tessenderlo et de Beverlo.
Le 23 février 1907 est créée la Société Anonyme des Charbonnages de Beeringen, une exploitation possédant un capital de 25.000.000 de Francs Belges réparti en 50.000 actions réparties dans ces sociétés :

- La Societé des Propriétaires de Coursel-Heusden,
- La Societé de Recherches Minières dans le Limbourg,
- La Societé Campinoise de Recherches,
- Les Aciéries de Michéville,
- Les Société des Forges du Nord et de l'Est,
- La La Cie des Aciéries de la Marine et d'Homécourt,
- La S.A. des Hauts-Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson,
- La Société Générale de Belgique,
- La Société Eelen-Asch.

Les travaux préparatoires débutent en 1909 après la déboisement du futur emplacement de la mine. Des bâtiments et des logements sont immédiatement construits et entre 1912 et 1913, le fonçage des puits N°1 et N°2 débutent grâce au procédé de congélation des sols. Durant la première guerre mondiale, les travaux sont interrompus et les installations sont en partie démantelées par l'occupant avant d'être envoyées en Allemagne. Le creusement ne reprit qu'à la fin du conflit et c'est finalement en octobre 1919 que les premières veines de charbon sont atteintes à 623 mètres de profondeur. Approfondi jusqu'à 810 mètres, le siège entra en exploitation en 1922 via un seul étage situé entre 727 et 789 mètres de profondeur. Les réserves exploitables sont alors estimées à 600 millions de tonnes. Le lavoir N°1 fut construit entre 1923 et 1924 avant d'être complété par la suite par les lavoirs N°2, N°3 et N°4, des installations modernes permettant différents traitements dont le lavage à sec par bacs à pistons ainsi que le lavage par liqueur dense, les différentes étapes pour obtenir un charbon propre étant le concassage, le criblage, l'épuration et l'égouttage.

Outre le lavoir et ses deux chevalements, le site est équipé de bureaux, de bains-douches, de vestiaires, d'une chaufferie, d'un château d'eau, d'ateliers et de quatre tours de refroidissement en béton construites entre 1923 et 1952. Le site est immense mais ses souterrains le sont encore plus avec une longueur totale de plus de 100km comportant 25km de voies secondaires et un éloignement du puits de maximum 6km. En 1948, 6.789 mineurs travaillent à Beringen dont pratiquement 5.000 au fond. Cet effectif permettra au siège de devenir le troisième site d'exploitation le plus rentable de la Campine et de réaliser une année record, en 1956, avec un cumul de plus d'1.900.000 tonnes de charbon extrait. En 1967, le charbonnage fut intégré à la Kempense Steenkolenmijnen avec les mines restantes du bassin. Cependant, l'arrivée de nouvelles sources d'énergies plus compétitives ainsi que le retrait progressif de plusieurs investisseurs mettent à mal la société qui est obligée de licencier une très grande partie de son personnel qui passe de près de 6.000 dans les années 70 à 3.641 au début des années 80. La situation se détériore encore durant les années suivantes et c'est finalement le 28 octobre 1989 que la dernière berline de charbon remonte au jour.
Après la fermeture, le site fut en grande partie classé et est en très grande partie visitable. Quant au lavoir, sa restauration a débuté en 2020 et dans les prochaines années, il sera possible de le visiter et d'y dormir, une partie de la structure étant réservée à l'établissement d'un hôtel.

be-MINE
Koolmijnlaan, 201
3582 Beringen
http://www.bemine.be/

      Visite du triage-lavoir de Beringen, un mastodonte qui a failli avoir ma peau en 2010.

      Reportage sur les machines d'extractions du siège.

      Reportage sur la centrale électrique ainsi que sur la ventilation.

      Petite visite dans les tours de refroidissement et dans le château d'eau.

      Reportage sur les vestiaires et les bains douches

      Visite des vestiges du port de chargement.
Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont