banner
Allemagne - Bassin de la Ruhr

Charbon  Sel

Salzbergwerk Borth


Salzbergwerk Borth



Dans le but de développer les gisements houillers encore inconnus du Rhin inférieur, plusieurs sondages furent effectués dans la région de Rheinberg et c'est en 1897 qu'un de ces sondages, situé près de Budberg, met au jour plusieurs filons de charbon ainsi qu'une gigantesque couche de sel. Cette découverte suscita très vite l'intérêt de la Solvay Werke AG, une société allemande basée alors à Bernburg.
A partir de 1899, Solvay réalise 43 puits de recherche dans le but de délimiter la zone salifère exploitable et en 1908, la superficie du gisement est fixée à 88km². Dans le but d'exploiter à la fois le charbon et le sel, il fut décider de construire deux sièges distincts :

- le siège Wallach, destiné à l'exploitation salifère,
- le siège Borth, destiné à l'exploitation houillère.

En 1906, une équipe de planification est créée dans le but de développer les deux fosses et une usine de traitement de la soude est rapidement construite à Borth. Le fonçage des deux puits de Borth s'avère extrêmement compliqué du fait de l'instabilité du terrain, composé principalement de sable. Ce problème, connu depuis les sondages de 1899, devint rapidement un gigantesque défi et c'est vers la technique de la congélation des sols que la Solvay Werke AG décida de se tourner. Le creusement débute en février 1908 mais, après seulement quelques jours, une venue d'eau dans le sol gelé perturbe la stabilité du puits N°1 et le chantier s'interrompt avant de reprendre de plus belle en avril de la même année. Le puits atteint une profondeur de 330 mètres en mai 1909.
En août 1909, des fissures sont constatées dans le coffrage du puits N°1 et une sur-congélation est nécessaire pour réparer les dommages. Le fonçage du puits reprend dès septembre mais de graves inondations surviennent les semaines suivantes et les puits sont complètement inondés, il faudra près de dix mois pour assécher et désensabler les travaux. Le puits N°2 atteindra 375 mètres en décembre 1910 mais une nouvelle catastrophe survint en janvier 1911 avec la chute d'une charge dans ce puits. Cet incident causa la rupture des conduites d'eau, ce qui entraîna une nouvelle inondation majeure. Le pompage reprit mais le coffrage fut tellement abîmé dans l'incident que de nouvelles venues d'eau et de sable inondèrent à nouveau le puits dès trente mètres de profondeur. Pour pallier à ce problème, de nouveaux trous de congélation furent foncés autour du puits sur une profondeur de 500 mètres, ce qui arrêta net l'arrivée d'eau. Les travaux de consolidation et d'assèchement s'achèveront en juillet 1911.
La première guerre mondiale ralenti considérablement l'avancée des travaux mais c'est finalement en 1917 que le dôme de sel est atteint à une profondeur de 560 mètres.

En 1920, les dirigeants de Solvay décident d'abandonner l'idée d'extraire à la fois du charbon et du sel. Les raisons sont multiples, les veines de charbons sont profondes, les exigences de sécurité sont trop importantes et les coûts d'une double exploitation seraient beaucoup trop conséquents. Solvay décide donc de se concentrer sur l'extraction du sel gemme et poursuit ses travaux sur le siège de Wallach qui remonte ses premières berlines en 1923. Cependant, ce petit siège ne fut jamais mis complètement en service car il était évident que le siège de Borth avait un potentiel nettement plus important. En effet, les installations de triage se trouvaient sur place et la proximité immédiate du Rhin facilitait les exportations, c'est pourquoi l'extraction au siège de Wallach fut interrompue dès 1924 et la majorité de ses ouvriers furent transférés à Borth. Quelques mineurs restèrent cependant à Wallach pour la maintenance des chantiers et l'extraction de saumure en petite quantité. En 1936, Solvay fit construire une tour en béton armé sur le puits N°1 de Borth, ce qui augmenta considérablement sa capacité d'extraction. Dans le même temps, l'usine est modernisée et un nouveau lavoir est mis en service peu avant la guerre. Ces nouvelles installations augmentent la pureté du sel produit et Borth devient connu dans toute l'Europe de l'ouest. Son sel est utilisé pour la consommation domestique, pour l'industrie chimique, pour le déneigement ainsi que dans les produits pharmaceutiques et cosmétiques. Le sel est extrait par forage et dynamitage dans des chambres d'une hauteur maximale de vingt mètres avant d'être renvoyé en surface grâce à un skip ( une vidéo de la remontée est visible ici ).
En 1960, Wallach ferme définitivement ses portes et ses puits sont remblayés, il ne subsiste de ce siège qu'une salle des machines.

En 2002 est créée la European Salt Company GmbH & Co. KG, autrement appelée ESCO, une filiale commune de Solvay et de la Kaliwerk und Salz, une importante société salifère basée à Hanovre. ESCO reprend le siège de Borth en 2004 et décide de moderniser une partie des installations. Le chevalement portique du puits N°2 est démonté en 2006 et remplacé par un chevalement moderne ayant une capacité de charge plus élevée. A l'heure actuelle, Borth est devenu l'un des plus grand pourvoyeur d'emplois de la région de Rheinberg, s
on réseau souterrain est étendu sur 35 kilomètres et d'après les premières prévisions, le gisement ne devrait pas être épuisé avant au moins soixante ans. ESCO détient pour l'instant seize sites en Europe et produit annuellement cinq millions de tonnes de sel pour 1.400 employés.

      Reportage sur Salzbergwerk Borth, l'unique mine de sel en activité dans la Ruhr.

      Reportage sur zeche Wallach, un petit siège qui a exploité la saumure jusqu'en 1960.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont